6.3 - Au cœur de la fusillade

 

14 - Varendji Pierre   : Il reçoit une nouvelle giclée de balles et se remet à l'abri

"A les jambes couvertes de sang. A reçu une balle en séton dans la fesse. Il se trouvait avec Yves Amiset, angle rue d'Isly - rue Chanzy, devant la vitrine de Setamil, magasin de sous-vêtement. Ils étaient plaqués au sol

"Je sens comme un choc et une forte chaleur sur la jambe gauche. J’imagine un instant que quelqu’un a été blessé derrière moi et s’est jeté sur moi en me faisant mal. Mais je me rends vite compte que j’ai été blessé moi-même à la jambe gauche en sentant le point d’impact se mouiller ; je porte ma main à ma jambe et je sens des trous dans le pantalon. Je retire ma main pleine de sang.

Le feu continue toujours. Presque en face de moi, sur les marches du cinéma « Midi-Minuit » un jeune sous-lieutenant et un autre militaire français. Autant que mes forces me le permettent, je crie à plusieurs reprises à l’officier : "Faites cesser le feu.

On tire sur les gens à terre, hommes femmes et vieillards. C’est de la folie, c’est un massacre ».

Il quitte son abri, se met dans la rue et agite les bras pour faire cesser le feu. Il reçoit une giclée de balles tirée des militaires se trouvant côté boulevard Bugeaud  et se remet à l’abri.

Il revient quelques secondes après et siffle pour faire cesser le feu.

Il reçoit une nouvelle giclée de balles et se remet à l’abri.

 

 003

Le point rouge indique sa position

Pierre VARENDJI
5 rue Lacepède – Alger.

 

01

                      

Retour Sommaire

Informations supplémentaires