1.2 - Francine Dessaigne : Le Livre Blanc 1962 - Le Livre Interdit en 1991 - Top Secret - 1999

XI - Bibliothèque - Alger 26 mars 1962 - Ouvrages de références - Récits - Poésie

1 - Le Livre Blanc - 1962 saisi par le pouvoir et réédité Le livre interdit en 1991

2 - Top Secret - 1999

1 - Le Livre Blanc - 1962 saisi par le pouvoir et réédité

Ce livre est publié sous le patronage de Messieurs les Députés du groupe Unité de la République.

A la mémoire des 80 morts et en souvenir des 200 blessés de la fusillade.

Ce livre relate les évènements qui se déroulèrent à Alger le 26 mars 1962. Il comprend uniquement les déclarations des témoins de ces évènements, déclarations faites sur l’honneur.

Les droits de ce livre seront versés intégralement aux familles des victimes.

Editions de l’Esprit Nouveau - 31 mai 1962

200 témoins sur ce qui s’est passé à Alger le 26 mars 1962

SAISI PAR LE POUVOIR

Le mercredi 4 juillet (1962) sur ordre de Monsieur Roger FREY, Ministre de l’Intérieur, un ouvrage intitulé : « LIVRE BLANC Alger le 26 mars 1962 » (éditeurs l’Esprit nouveau) a été saisi dans les librairies de Paris et de provinces.

Dans l’avant-propos l’éditeur précisait : Ce livre blanc présente des documents sincères et authentiques. Il ne les interprète ni ne les commente. Il ne tire pas de conclusions. A plus forte raison n’en impose-t-il aucune. C’est au lecteur de juger. Il a les éléments en main. Ce sont des déclarations signées, établies par des personnalités connues ou obscures, qui toutes ont en commun d’avoir été témoin oculaire du drame qui s’est déroulé à Alger le 26 mars 1962.

Bon nombre sont amies ou parentes des victimes de ce drame. Certaines en ont été elles-mêmes victimes et gardent dans leur chair la marque de la véracité de ce qu’elles ont signé. Un ensemble de plus de deux cents témoignages dont les auteurs appartiennent aux catégories sociales les plus diverses et dont les noms attestent une grande variété d’origine.

La forme de ces pièces a été scrupuleusement respectée, même lorsqu’elle pouvait être naïve et maladroite, même lorsque l’émotion la rendait passionnelle, même lorsqu’elle comportait des jugements de valeur. Les éditeurs ont, en effet, estimé que ce livre blanc aurait pleine valeur documentaire, formant un faisceau de preuves incontestables, s’il était présenté à l’état brut, sans nul accommodement.

Un tel faisceau de témoignages sur une fusillade qui a fait plus de 50 morts et 200 blessés, méritait d’être examiné attentivement et versé au dossier de l’Histoire, au même titre que tous les témoignages qui peuvent permettre de faire la lumière sur une autre fusillade sanglante, celle du 24 janvier 1960 au Plateau des Glières. On ne comprend pas la décision du ministre de l’intérieur.

Car de deux choses l’une, ou bien les deux cents témoins ont menti et Monsieur FREY n’aurait pas fait saisir l’ouvrage mais aurait intenté des poursuites pour faux témoignages susceptibles de troubler l’ordre public ou bien les deux cents témoins ont dit la vérité et dans ce cas la décision de Monsieur FREY serait une maladresse car un tel abus de pouvoir pour étouffer la vérité se retournerait obligatoirement contre son auteur.

Faut-il s’étonner de voir avec quelle aisance s’exerce le "bon plaisir des princes qui nous gouvernent" ? L’histoire est remplie de faits montrant la vérité réduite au silence par la persécution, écrivait John Stuart Mil dans son ouvrage “Pour la liberté”

02

01

03

04

 

Réédition de la première édition L’Esprit Nouveau - 1962.

A la mémoire des 80 morts et en souvenir des 200 blessés de la fusillade.

Deuxième édition Confrérie Castille - 1991.

Collection France-Algérie - Editions Atlantis 2000.

01

02

Informations supplémentaires