D'autre part, le bombardement sur 30 kilomètres de front ne peut être aussi dense que lorsqu'il s'agit de prendre un fort. Les tribunaux militaires prononcèrent 3 427 condamnations dont 554 à mort ; à sept reprises Pétain refusa de transmettre les dossiers de recours en grâce et 43 mutins furent exécutés[23]. Les autres condamnés voient leur peine commuée en travaux forcés (ils échappent du même coup à la guerre !). Dans la pratique, l'infanterie se révélera incapable, sous le feu allemand, de suivre les chars. Sur le terrain, le Groupe d'Armée de Réserve, sous le commandement du général Micheler, se compose de la Ve Armée sous les ordres du général Mazel, de la VIe Armée sous les ordres du général Mangin et de la Xe Armée sous les ordres du général Duchêne. Les troupes de seconde ligne devaient dépasser rapidement ces hommes pour bousculer les défenses ennemies et emporter la victoire. Ce que reconnaît d’ailleurs le ministre de la Guerre, Painlevé, dans « La vérité sur l’offensive du Le terrain doit être préparé par un bombardement d'artillerie massif chargé de détruire les premières lignes allemandes. Ce plan ne tient pas assez compte du terrain qui est très défavorable : les troupes françaises se situant en contrebas et devant se lancer à l'assaut de pentes fortifiées. Mais certaines unités attaqueront avec tout leur barda sur le dos. Selon les points de vue, l'offensive Nivelle a été décrite comme une grave défaite stratégique des Français, ou une coûteuse demi-victoire. Elle a été reprise et adaptée par les poilus à leurs différentes épreuves : Lorette, Verdun... et pour finir, le Chemin des Dames et le plateau de Californie, au-dessus de Craonne. Il ne trouve une adhésion totale ni parmi les politiques ni parmi les militaires[1]. La tragédie du Chemin des Dames », Ce site a déjà été un lieu de combats qui vit une victoire de, « 1917 Le Chemin des Dames », hors-série du magazine, L'artillerie spéciale (AS) utilise des noms particuliers pour ses unités. Une lettre pour tous les passionnés d'Histoire, Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 09:50:14. Le nouveau ministre Paul Painlevé, nommé après le 19 mars, lui est hostile. Nivelle prend lui-même la direction des opérations. François Hollande se rend d'abord sur le plateau de Californie, un lieu emblématique de la bataille, proche de Craonne. Le général Mangin est relevé de son commandement. L'armée française est sortie victorieuse de la bataille de Verdun en novembre 1916 et la bataille de la Somme s'achève. Le 17 avril, la pluie tombe d'une manière quasiment continue et rend le terrain très boueux. Le gouvernement est au courant des premiers actes de désobéissance. L'ancien ministre de la Guerre Lyautey avait affirmé ne pas croire au plan Nivelle[2]. Le Chemin des Dames Le nom « Chemin des Dames » vient de l’époque de Louis XV, qui possédait le château de la Bôve, le pavillon de chasse de cette région. Au printemps, le front de Reims reste largement inactif mais il n’en va pas de même dans ses environs, que ce soit à l’ouest, avec les combats du Chemin des Dames ou à l’est avec la bataille des monts de Champagne qui leur est liée dans le cadre général de l’offensive prônée par le général Robert Nivelle, nouveau général en chef des armées françaises depuis décembre 1916. Pour éviter que l'arrivée des renforts, munitions, etc. D'après Hervé Chabaud dans « 1917, Chemin des Dames ». En savoir plus, Herodote.net se développe avec le seul soutien de ses abonnés...En savoir plus. Bien que le général Nivelle ait promis que l'offensive durerait 24 heures, 48 heures maximum, elle se poursuit durant des semaines. ». Soulignons que cette chanson dérive d'une valse d'amour composée en 1911 par le père de Jean Sablon : Bonsoir, M'Amour !Adieu, m'amour ! Je comprends fort bien votre indignation, mais elle serait (probablement) plus grande encore en pensant que Robert nivelle, ayant eu connaissance de cette fuite in... Lire la suite, Nous recevons ,demain 28 février 2016, le grand peintre Pierre BALDI(né Labadie en 1919=97 ans!) Le 29 avril : remaniement dans l'état-major. Ce "talentueux" général Nivelle responsable de cette abominable boucherie mérite surtout la disparition de toute plaque commémorative de ses hauts faits d'armes..... A Monsieur Pontiès, Le nouveau commandant en chef s'applique en premier lieu à redresser le moral des troupes. Récit des amours entre une bergère et un puissant seigneur, Le Dit de la Pastoure (1403), écrit probablement pour Charles I er d’Albret, est marqué du sceau de la désillusion. La VIIe Armée que commande général Boehn depuis le 11 mars compte alors 14 divisions, elle est déployée de Vauxaillon à Berry-au-Bac. Le nom de Craonne, situé au cœur de la bataille du Chemin des Dames, a été popularisé par La Chanson de Craonne qui reste associée aux mutins de 1917 de la Première Guerre mondiale et fut interdite par le commandement militaire en raison de ses paroles antimilitaristes. Le 22 avril : il est décidé d'arrêter toute offensive massive au profit d'offensives partielles. Se pose la question de la suite à donner aux opérations. De nombreux facteurs expliquent cette rébellion française, notamment léchec humiliant de la bataille du Chemin des Dames au printemps 1917  offensive dirigée par le général Nivelle qui entraîna environ 200 000 pertes (morts et blessés) côté français. Nombre d'entre eux souffrent du gel. Elle commence le 16 avril 1917 à 6 heures du matin par la tentative française de rupture du front allemand entre Soissons et Reims vers Laon, sous les ordres du général Nivelle : « L'heure est venue, confiance, courage et vive la France ! 180 000 hommes sont massés au pied des premières lignes allemandes, prêts à s'élancer. Le Premier ministre britannique Lloyd George déclare le 4 mai, à la conférence interalliée de Paris : « Si on nous avait fait 55 000 prisonniers, capturé 800 canons et des milliers de mitrailleuses, dégagé 2 000 km2, imaginez la vague de pessimisme qui gagnerait nos opinions publiques, et l'on eût pavoisé à Berlin. Il s'agit d'un ensemble d'opérations pour contrôler des points hauts du Chemin des Dames. Nivelle et ses généraux adaptent leur projet à cette situation nouvelle et dissocient l'attaque anglaise sur Vimy de l'attaque française qui se centrera sur le Chemin des Dames. Le général Mangin estime que les soldats devront progresser à la vitesse de 100 mètres toutes les trois minutes, un peu plus vite qu'à Verdun où il a repris le fort de Douaumont quelques mois plus tôt en appliquant cette méthode. Fritz von Below est à la tête de la Ire Armée. L'état-major français estimait en juin 1917 les pertes allemandes autour de 300 000 hommes, ce qui est sûrement exagéré. Ils ont eu le temps de transformer cet observatoire en forteresse en aménageant les carrières souterraines (caverne du Dragon), en creusant des souterrains permettant de relier l'arrière aux premières lignes, en édifiant et camouflant de nombreux nids de mitrailleuses. Le plan prévoit une concentration maximale de forces sur 30 km de front. Les Français réussissent à prendre pied sur le plateau mais ne peuvent déboucher sur l'Ailette. On peut dire que l'échec ou l'abandon de l'offensive Nivelle a entraîné le prolongement de la guerre d'une année, et favorisé la révolution bolchevique. Le 16 avril 1917, l'armée française lance une grande offensive en Picardie, sur le Chemin des Dames. Encore très vivante aujourd'hui, elle assure le succès des candidats qui s'en réclament. Il faut comparer cette décision avec les dernières offensives de la bataille de Verdun où le barrage devait avancer de 100 mètres toutes les 4 minutes et se souvenir que les poilus vont devoir escalader les pentes du Chemin des Dames, réduire les résistances ennemies tout en collant au barrage d'artillerie pour éviter que la défense allemande n'ait le temps de s'organiser entre la fin du bombardement et l'arrivée des fantassins. Le général Robert Nivelle, qui a remplacé le général Joseph Joffre à la tête des armées françaises le 12 décembre 1916, en est tenu pour responsable. Depuis cette date, c'est un secteur relativement tranquille qui n'a pas fait l'objet, depuis la fin 1915, de grosses offensives. La proximité des lignes et la part de risque induisent le statut d’embusqué et ses divers degrés. La commission souligne que la VIe armée, commandée par Mangin, a enlevé les premières positions allemandes et progressé de plusieurs kilomètres, pris 12 villages, 80 canons, 6 000 prisonniers et perdu au total 30 000 hommes (tués, blessés et disparus) du 16 au 30 avril, soit 8 % de son effectif[18]. en réalité composée en 1915, sans doute par un poilu du midi. L'objectif est d'atteindre le sud de Laon avant le soir. L'infanterie est chargée de s'engouffrer dans les brèches faites par l'artillerie, nettoyer les premières lignes et prendre les lignes plus en arrière. 4) Que provoque l'échec de l'offensive parmi les troupes françaises ? Moi qui ai entendu parler du plan, je sais qu'à cette heure nous devrions déjà avoir passé, « Pour la préparation comme pour l'exécution de cette offensive, le général Nivelle n'a pas été à la hauteur de la tâche écrasante qu'il avait assumée », « Notre consommation en troupes et en munitions avait été ici aussi extraordinairement élevée, « longtemps, le Chemin des Dames est resté dans le silence parce qu'il était devenu le chemin des morts, parce que "les Dames" n'avaient pas accouché d'une victoire », « leur destin nous rappelle la dette que nous avons souscrite à l'égard de ces hommes qui ont versé leur sang pour notre liberté ». L'idée est de profiter de la puissance d'une artillerie lourde plus nombreuse qui, pouvant tirer plus loin que dans les offensives précédentes, devrait permettre non seulement d'anéantir les positions de premières lignes mais aussi d'interdire l'arrivée de renfort et de faire taire les canons allemands. L'arrêt des opérations permet aux Allemands de se retourner vers l'est, d'assener des coups décisifs aux Russes, puis de ramener presque toutes leurs armées en France pour une offensive majeure en mars 1918. Quand les troupes des 11e, 14e et 21e corps d'armée s'élancent, protégées par le barrage roulant de l'artillerie, les défenses allemandes sont déjà bien atteintes. Mais, le 16 décembre 1916, Joffre, qui commande depuis août 1914 et ne semble pl… Vue panoramique de la vallée depuis la caverne du Dragon. Quand a lieu l’offensive à objectifs limités de la Malmaison ? Le 17 avril : à l'offensive sur le Chemin des Dames, s'ajoute une nouvelle attaque à l'est de Reims dans le secteur de Moronvilliers. L'historien Jean-Baptiste Duroselle évalue à 250 le total des mutineries sur le front français au printemps 1917. Plus grave encore, son arrêt permet aux Allemands de rétablir leur situation très ébranlée. Il représente particulièrement l’année 1917 et la lassitude des combattants grâce à la célèbre Chanson de Craonne. Il sanctionne avec modération les faits d'indiscipline collective, limitant à quelques dizaines le nombre d'exécutions. Les tirailleurs sénégalais, notamment, perdent plus de 7 000 hommes sur les 16 500 engagés (40-45 %) dans les premières journées, soit le quart de leurs pertes totales au cours de la guerre[20],[21]. Les Sénégalais qui se sont entraînés sur la Côte d'Azur, ne sont pas préparés à de telles températures. Il rappelle également l'action des femmes, restées seules à l'arrière pour investir notamment les usines. Les Allemands sont présents sur le plateau depuis septembre 1914. Du 20 mai à fin juin : le front est secoué par les mutineries qui affectent plus de 150 unités. Cette victoire ne peut faire oublier le dramatique échec de la bataille du Chemin des Dames, mais elle consacre une nouvelle stratégie offensive reposant sur l'utilisation massive de matériel moderne (artillerie, chars), concentré sur un point précis du front avec des objectifs limités dans l'espace et le temps, économisant ainsi les moyens humains. Les pertes s'élèvent autour de 800 hommes pour le 18e régiment d'infanterie entre le 4 et le 8 mai et plus de 1 100 hommes pour le 34e régiment d'infanterie. La bataille dure du 16 avril au 24 octobre 1917, elle n'apporte pas les résultats escomptés et se révèle particulièrement sanglante. Pétain prend la place de Nivelle à la tête du grand quartier général français (GQG), le 15 mai 1917, au moment où éclatent les premières mutineries, signe de désespoir et de découragement dans une partie des troupes françaises. Porté par le charisme de sa jeune épouse Evita (1919-1952), le colonel Juan Domingo Perón a dirigé l'Argentine à partir de 1945. Leur front est réduit de 70 kilomètres, permettant d'économiser de nombreuses divisions. Or c'est le contraire[17]. Ainsi, il est prévu au soir du premier jour que la VIe armée aura franchi l'Ailette. Les chars sont prévus pour évoluer où cela leur sera possible, c'est-à-dire à l'est et à l'ouest du Chemin des Dames dont les pentes leur sont praticables. À cet effet, on rattachera à cette armée deux corps de cavalerie, cette cavalerie qui retrouverait alors ses chevaux et son rôle classique au lieu de la boue des tranchées dans laquelle elle combat depuis la stabilisation du front.