4.6 - Du 13 mai au 28 septembre 1958 : funeste prélude au 26 mars 1962

III - Histoire et récits - De 1945 à 1962 les évènements

« Alger - revue » REVUE MUNICIPALE - HÔTEL DE VILLE
Automne 1958

Directeur-rédacteur en chef: L.R. Lapeyronie
Photos : Service photographique de la Mairie - J. Bruchet J. Roche
Collection Simone Gautier

Les journées de mai 58 représentent pour notre pays un point d'histoire d'une importance capitale.La presse mondiale a publié à ce sujet nombre de comptes rendus et documents qui laissent souvent une impression de confusion. Nous nous sommes efforcés de restituer aussi exactement et clairement que possible le "film-strip" du 13 mai, aidés en cela par les documents et renseignements du Service cinématographique de l'armée, le journal militaire le "Bled" et de protagonistes mêmes du mouvement. Bien entendu, et de même pour les jours suivants, il ne faut voir là qu'une mise au point par l'image des évènements matériels de l'époque, dont les autres aspects n'entrent pas dans notre cadre.

Entre ces deux dates, entre l’heure de la colère et celle de l’espérance : cent trente sept jours d’une intensité, d’une densité, d’un poids tel pour l’avenir de notre patrie, qu’ ALGER-REVUE tient à l’honneur d’offrir à ses lecteurs une rétrospective -par l’image - de quelques unes de ces journées, parmi les plus exaltantes ou les plus significatives, au cours desquelles le monde médusé a vu les populations généreuses de cette terre française d’Afrique, fraternellement regroupées sous les plis de l’emblème national, et restituer à la Patrie le visage tranquille et fier des grandes heures de son histoire.

Couverture : Voir aussi ICI


Au bureau de vote Mahieddine : les trois générations d'une famille musulmane se présentent devant l'urne. D'un geste attentionné, la jeune fille soutient le bras de l'aïeule déposant son bulletin

01


page 13 : Alger berceau de la Sème République - du 13 mai au 28 septembre 1958.

Page 14 et 15 : 13 mai - le film des évènements

Première vague : ce groupe de jeunes porte un drap mortuaire rappelant l’assassinat du sergent Richomme et des soldats Ducourteix et Feuillebois. Il va par la rue Michelet rejoindre lycéens et collégiens déjà groupés rue Hoche.

02 

La foule bien avant la cérémonie prévue a envahi les Jardins Laferrière et le Monument aux Morts même. Un jeune musulman juché sur les épaules d’un manifestant agite un drapeau tricolore.

03

Afin de ralentir l’élan juvénile des étudiants et lycéens en avance sur l ’horaire, leurs dirigeants les font asseoir sur la chaussée de la rue Michelet.

04

Informations supplémentaires