5.17 - Jean BRUNE : Cette haine qui ressemble à l'amour

XI - Bibliothèque - Publications - Pièces de théâtre

Son père, administrateur en Algérie, occupe divers postes. A la mort de sa mère, Jean a dix- huit mois. Il est donc, en partie, élevé par sa grand-mère ainsi que son frère. A la retraite de son père, les enfants le rejoignent à Chéragas. Jean fait de fréquents séjours à Maillot chez un oncle administrateur. Il va aussi beaucoup en Kabylie, à Tala Rana, un hameau accroché aux flancs de Lalla Khadidja, et c'est là que naît cet amour profond qu'il aura toujours pour la Kabylie.

En 1924, il sort de son univers familial et entre comme interne au lycée Ben Aknoun, jusqu'en troisième, puis il va au lycée Bugeaud où il sera condisciple de Camus. Il poursuit un entraînement sportif intensif et en gardera toute sa vie une allure trapue de lutteur. En 1930, l'année du bac, il se casse le poignet droit, se représente en septembre mais échoue à l'examen. Il renonce au bac et préfère s'éloigner. Il sera pion à l'E.P.S. de Boufarik mais en sera renvoyé pour avoir fait le mur avec des copains. Il part, alors, en 1932 pour le Maroc, chez un frère de sa mère. Là, il apprend l'arabe et fait ses débuts de journaliste à La Bougie de Fez. En 1933, il fait son service militaire aux Chasseurs d'Afrique, à Alger, au Champ de Manœuvres. Il mène ensuite une vie assez bohême, dessine beaucoup, en particulier lors de spectacles auxquels il participe et fait des portraits-seconde. Des amis lui font découvrir Maurras et l'Action Française et les livres de Jacques Bainville. Il se sentira alors royaliste.

C'est avec le 5ème Chasseurs d'Afrique qu'il participera en 1944 au débarquement en Provence, sous le commandement du général Touzet du Vigier ainsi qu'aux combats de la 1ère D.B. Il publiera un livre de croquis remarquables sur cette période. A son retour à Alger, il fait ses véritables débuts de journaliste, et de technicien de l'imprimerie, tout en continuant à dessiner et à peindre.

Il commence par le Journal d'Alger puis, en 1948, il entre à la Dépêche Quotidienne d'Alger où il fait les pages régionales puis écrit les éditoriaux et mène de grands reportages. En 1958, il y ajoute des « billets » à Radio Alger. Ayant exprimé trop haut et trop fort son opinion de défenseur de l'Algérie Française, il est expatrié d'Alger en 1961. C'est l'époque où commencent les rendez-vous, à travers l'Europe, avec les « copains d'exil ». Une errance qui le mène d'Italie en Suisse, en Belgique, en Espagne, au Portugal. Il écrit beaucoup pour défendre ses opinions. Cette haine qui ressemble à l'amour (1961) est son premier roman important qui analyse avec talent la complexité de cette époque. Il collabore à Esprit Public, Aspects de la France, Valeurs Actuelles, Spectacle du Monde, tout en continuant à publier des ouvrages défendant les valeurs auxquelles il croit. Il fait des reportages dans une Asie qui le fascine mais se brouille avec son éditeur. Quand il est en France, il se plie difficilement à cette vie métropolitaine. Il part pour la Nouvelle-Calédonie en 1969 et prend la direction du Journal Calédonien. Il revient en France pour un bref passage à Besançon comme directeur de journal mais ne supporte décidément pas cette vie et repart à Nouméa en 1971. Il est rédacteur en chef de la France Australe, puis de Nouméa-Soir.

Il entretient une importante correspondance avec ses amis auxquels il reste très fidèle. Sa vie sentimentale qui avait été assez tumultueuse, semble avoir trouvé un équilibre, une sorte de paix et même de bonheur. Malheureusement, la maladie qui va l'emporter ne fait qu'empirer et il souffre beaucoup, en particulier de la gorge. Il meurt assez brutalement en 1973 et sera enterré à Nouméa.

Voici, en forme d'épitaphe, une phrase tirée d'un de ses livres: « nous cherchons désespérément où nous irons retrouver comme un reflet des paysages d'Afrique qu'ont bercé les premiers émerveillements de notre enfance. »

La personnalité de Jean Brune était très complexe et Francine Dessaigne qui lui a consacré une excellente biographie a bien souligné la difficulté qu'il y avait à cerner le personnage. A la fois plein de vie et profondément mélancolique, sinon même pessimiste, Jean Brune n'est jamais si bien lui- même que dans ses livres. Malheureusement son talent n'a pas vraiment été reconnu par le milieu littéraire, occulté par la franchise de ses opinions qui n'étaient pas dans la ligne du moment. Un universitaire allemand Wolf Abbès a découvert son talent et, grâce aux archives d'un fidèle ami de Jean Brune, le commandant Sapin Lignère a décidé de publier l'intégralité de son œuvre dans sa maison d'édition, Atlantis. Ce qui nous vaut de découvrir des reportages et des textes inédits de théâtre non publiés, La guerre de Troie commence demain et les Mutins.

                                                                                                                           Jeanine de la Hogue

01

03

Ni plaidoyer, ni réquisitoire, Cette haine qui ressemble à l’amour est, avant tout, une grande fresque romanesque où le lecteur se trouve projeté dans les deux camps d’une aventure guerrière et révolutionnaire. Une foule de personnages, des décors vrais, une hauteur de vue et une tendresse profonde pour des héros qui luttent contre tout espoir font de ce roman l’Autant en emporte le vent de la guerre d’Algérie écrit par Jean Brune dont la connaissance de la terre d’Afrique est sans défaut.

02

 

 

Informations supplémentaires