12.2 - Docteur Vincent LAFORGE

VI - Les témoignages - Les médecins - les infirmiers - les pompiers

Chère Madame,

Merci pour ce très intéressant témoignage.
(Le docteur Vincent Laforge fait référence au témoignage de Simone Planche édité à l'article VI  6.8

Un tir à bout touchant implique que la bouche du canon touche la peau de la victime. La notion de bout portant est beaucoup plus vague et correspondrait à l'expression "à brûle pourpoint" du vieux français. Dans les deux cas, on constate des tatouages de poudre. En cas de tir à bout touchant, il existe également ce que l'on appelle une "chambre de mine" due à l'action des gaz qui passent sous la peau.

Cet aspect ne peut être retrouvé que par un examen approfondi de la plaie.

La présence de traces de résidus de tir sur la peau indique de toute façon un tir à très courte distance: approximativement moins de 50 cm.

Nous nous proposons de tester ces distances en procédant à des tirs d'essai avec les armes utilisées rue d'Isly (AA 52, MAT 49 et FSA 49/56)

Je me suis aperçu que j'avais récupéré les deux exemplaires de votre livre sur le plateau des Glières. J'ai fini les photocopies des deux ouvrages que vous m'aviez prêtés et je vous renvoie le tout dans le courant de la semaine.

Merci encore de votre accueil et des nombreux documents.

Cordialement

Vincent Laforge
Médecin urgentiste des marins pompiers de Marseille
25 juin 2013
13 190 Allauch

Quelques unes des armes lourdes de guerre, qui ont été utilisées pour ouvrir le feu sur une foule pacifique

Cette arme était très appréciée par les hommes de l'armée française qui l'emploieront durant la seconde guerre mondiale puis la guerre d'Indochine et la guerre d'Algérie. Retirés du service vers 1965, les FM 24/29 deviennent un armement collectif de réserve pour la Police Nationale. - Calibre 7.5 mm - Chargeur 25 Cartouches - Tir par rafale ou au coup par coup- Puissance de tir : 500 coups / minutes.
(Source Alain AVELIN - Retraité de la Police Nationale)

 

AA52

01

L'Arme automatique transformable modèle 1952 ou AAT-52 ou AANF1 remplaça le Mac  24/29 et diverses mitrailleuses étrangères, alors en service dans l'armée française au début des années 1960 dont le FM BAR.Elle peut tirer avec un bipied ou un trépied, mais, quand le trépied est utilisé pour un tir continu, la mitrailleuse est équipée d'un canon lourd, donc plus long à chauffer, ce qui permet des tirs plus soutenus. Calibre : 7,5 mm - Capacité du chargeur : bandes de 200 cartouches - Cadence de tir : 900 coups / minute
(Source Alain AVELIN - retraité de la Police Nationale)

 

Mat 49

02

Les pistolets mitrailleurs de divers types en service vont être également remplacés par le nouveau pistolet mitrailleur réglementaire français le PM  MAT 49 (ce remplacement s’effectuera sur plus de dix ans). Arme à forte remontée vers la droite en rafale, imprécise en longue rafale - Calibre de Guerre 9 mm - chargeurs de 20 cartouches - Cadence de tir: 600 coups / minute
Remplacée en 1990 par le Beretta PM 12.
(Source Alain AVELIN - retraité de la Police Nationale)


MAS 49 et 49/56

03

Le MAS-49 est une arme à fonctionnement semi-automatique.Il utilise les cartouches de conception française de 7.5mm. Le chargeur amovible utilisé sur les MAS 49 et 49/56 contient dix cartouches. En outre, des clips de cinq cartouches de MAS-36 peuvent également être employés pour le rechargement. Vers 1970, la Police nationale reçut quelques centaines de MAS 49/56 modifié pour tirer la 7,62 OTAN. Capacité du chargeur : 10 cartouches - Cadence de tir : 24 coups/minute.
(Source Alain AVELIN - Retraité de la Police Nationale)

 

Retour Sommaire

Informations supplémentaires