4.3 - "Tant qu'on n'aura pas la réponse la blessure ne cicatrisera pas"

I - Une journée historique - La page n'est pas tournée.

1 - Tant qu'on aura pas la réponse
2 - Tant que le livre restera ouvert

 

1 - Tant qu'on aura pas la réponse

…"Si seulement nous avions pu partir de notre propre gré.

Mais on nous a forcés à tout abandonner et à partir en catastrophe, nos valises chargées de fantômes et de peine.

On nous a dépossédés de tout, y compris de notre âme.
On ne nous a rien laissé, rien de rien, pas même les yeux pour pleurer.

C'était pas juste.

Tout le monde n'était pas colon, tout le monde n'avait pas une cravache contre ses bottes de seigneur ; on n'avait même pas de bottes tout court, par endroits. Nous avions nos pauvres et nos quartiers pauvres, nos laissés-pour-compte et nos gens de bonne volonté, nous petits artisans plus petits que les vôtres, et nous faisions souvent les mêmes prières. Pourquoi nous a-t-on tous mis dans le même sac ? Pourquoi nous a-t-on fait porter le chapeau d'une poignée de féodaux ? Pourquoi nous a-t-on fait croire que nous étions étrangers sur la terre qui a vu naître nos pères, nos grands-pères et nos arrières-arrières-grands-pères, que nous étions les usurpateurs d'un pays que nous avons construit de nos mains et irrigué de notre sueur et de notre sang ?…

Tant qu'on n'aura pas la réponse, la blessure ne cicatrisera pas."

Extrait du roman

« Ce que le jour doit à la nuit »

De Yasmina KHADRA

extrait

01

02

Coucher de soleil à Tipaza

03

A. DOMENECH - Tipaza

Informations supplémentaires