1.2 - Notre Dame de Paris et l'Arc de Triomphe pour le cinquantenaire du 26 mars 1962

XII - 50 ans après - Lundi 26 mars 1962.

1 - Dies Irae, Dies Illa - Notre Dame de Paris - 26 mars 2012

2 - 26 mars 2012 Arc de Triomphe Paris - Commémoration du 26 mars 1962 à Alger

 

 

 

1 - Dies Irae, Dies Illa - Notre Dame de Paris - 26 mars 2012

Les versets de 14 à  18 évoquent un « jour de colère », « jour où sonnera la trompette et jour de clameur », dans lequel toute la terre sera dévorée dans le feu de la colère de Dieu.

Jour de colère, ce jour là réduira le monde en poussière, David l’atteste, et la Sibylle.

Quelle terreur à venir, quand le juge apparaîtra pour tout strictement examiner !

La trompette répand étonnamment ses sons, parmi les sépulcres de tous pays, rassemblant tous les hommes devant le trône.

La Mort sera stupéfaite, comme la Nature, quand ressuscitera la créature, pour être jugée d’après ses réponses.

Un livre écrit sera produit, dans lequel tout sera contenu ; d’après quoi le Monde sera jugé.

Quand le Juge donc tiendra séance, tout ce qui est caché apparaîtra, et rien d’impuni ne restera.

Que, pauvre de moi, alors dirai-je ? Quel protecteur demanderai-je, quand à peine le juste sera en sûreté  ?

Roi de terrible majesté, qui sauvez ceux à sauver, par votre grâce, sauvez-moi, source de piété.

Souvenez-vous, Jésus si doux, que je suis la cause de votre route; ne me perdez pas en ce jour
.

En me cherchant vous vous êtes assis fatigué, me rachetant par la Croix, la Passion, que tant de travaux ne soient pas vains.

Juste Juge de votre vengeance, faites-moi don de la rémission avant le jour du jugement.

Je gémis comme un coupabl, la faute rougit mon visage, au suppliant pardonnez Seigneur.


Vous qui avez absout Marie-Madeleine, et, au bon larron, exaucé les vœux, à moi aussi vous rendez l’espoir.

Mes prières ne sont pas dignes d’être exaucées, mais vous, si bon, faites par votre bonté que jamais je ne brûle dans le feu.

Entre les brebis placez-moi, que des boucs je sois séparé, en me plaçant à votre droite.

Confondus, les maudits, aux flammes âcres assignés, appelez-moi avec les bénis.

Je prie suppliant et incliné, le cœur contrit comme de la cendre, prenez soin de ma fin.

Jour de larmes que ce jour là, où ressuscitera, de la poussière, pour le jugement, l’homme coupable ..........

 

(Récité par Simone GAUTIER)

 

 

Informations supplémentaires